Le 7 novembre dernier, a été diffusé sur France 2 un reportage intitulé « Poisson, élevage en eaux troubles ».

 

J’ai décidé de réaliser un article complet sur le sujet, reprenant les points importants du reportage, auquel j’y ai ajouté quelques données supplémentaires.

 

« C’est l’un des symboles du bien-manger : recommandé par les médecins et les nutritionnistes, le poisson a gardé l’image d’un produit sain et naturel. En France, sa consommation a plus que doublé en cinquante ans et elle concerne particulièrement le poisson d’élevage.
Sa chair renferme pourtant bien des secrets, parmi les plus toxiques de l’industrie agroalimentaire : utilisation de farines animales, usage massif d’antibiotiques et de pesticides, pollution au mercure et aux PCB, défauts de traçabilité, substitutions d’espèces… Un monde secret et opaque où l’intérêt de l’industrie passe souvent avant celui des consommateurs.
Pendant des mois, en France mais aussi en Norvège et au Vietnam, en passant par la Suède et le Danemark, les équipes d’Envoyé Spécial ont remonté les filières de cette industrie planétaire. Poissons d’élevage, produits de la pêche, mais aussi plats cuisinés : plongée dans les eaux troubles d’une filière hors de contrôle, qui déverse à notre insu un dangereux cocktail de produits chimiques dans nos assiettes. »

Capture d’écran 2013-11-11 à 20.03.03

 

Vous pouvez voir cette émission en REPLAY ici 

 

 

 

 

 

 

 

filets de panga france

Poissons d’élevage : Attention Danger

Recommandé par les nutritionnistes, le poisson a encore cette image « saine », mais il est actuellement l’un des produits les plus toxiques de l’industrie alimentaire. Il regorge d’un dangereux cocktail de produits chimiques, qui aboutit dans nos assiettes.
En France, la consommation de poisson a plus que doublé en 50 ans (plus que bœuf et le poulet). Pour répondre à la demande, de nouveaux poissons ont fait leur apparition.
Sur les étalages de poissonneries en France, à part la truite, en général pas un seul poisson n’est d’origine française. La grande majorité est importée, et 1 sur 2 est un produit d’élevage (moins cher).
Le nouveau poisson à la mode, car il est le moins cher, est le filet de Panga (à environ 12,90€/kg) et représente l’un des 10 poissons les plus consommés en France. On le retrouve dans les poissonneries, grandes surfaces au rayon surgelés, et dans la restauration collective et cantines scolaires.
Le reporter d’Envoyé Spécial est parti remonter la filière à son origine, au Vietnam, où le Panga fait partie des traditions culinaires. Depuis 15 ans, le Panga est devenu l’une des principales richesses de la région (rapporte beaucoup d’argent).
Mais cette réussite économique cache aussi une face sombre.
Le reporter rencontre un des piliers de l’industrie du Panga au Vietnam, il accèpte pour la première fois d’être filmé. Il exporte le Panga dans plus de 30 pays dont la France.

 

élevage panga

On peut voir le moment où les Pangas d’élevages (tous accumulés dans un bassin assez étroit comparé à leur nombre énorme) sont nourris (c’est assez impressionnant la manière dont ils se jettent sur la nourriture, un peu comme des piranhas affamés !).
On y apprend qu’ils sont bourrés de croquettes pleines de graisses et de protéines, pour qu’ils atteignent leur taille adulte en seulement 6 mois.
L’homme à la tête de cette compagnie nous révèle qu’il y a plus de poissons dans ses bassins que d’habitants dans tout le Vietnam…

 

Le reportage nous emmène ensuite dans les usines de traitement des poissons, là où ils les « transforment en filets ». (Bien sûr, je rajouterai que ce qui me choque, c’est toujours cette façon de traiter les animaux comme des objets, que l’on balance dans des bacs, dans des tuyaux, que l’on découpe, comme s’il ne s’agissait que d’objets et non d’êtres sensés être vivants).

panga usine vietnam

On y voit les ouvriers qui travaillent à la chaîne et coupent des têtes à longueur de journée, les mains dans le sang, vidant les poissons et les préparant en filets. Ils ont des instructions, ils ne doivent pas dépasser 10 secondes par filet, et travaillent 10 heures par jour, pour un rendement maximal.

 

 

 

 

usine panga

 

Une fois les filets préparés, ils sont plongés dans des polyphosphates : pour gorger les filets d’eau pour qu’ils aient plus de poids, et retirer leur goût et odeur (cela se vend mieux et rapporte plus d’argent).
On y apprend que l’enseigne Carrefour s’approvisionne chez ce fournisseur Vietnamien.

 

 

 

 

 

usine panga 2

 

La pollution, médicaments et produits chimiques

vietnam panga

Un représentant local de la WWF nous révèle que le Panga est un produit très dangereux pour l’environnement et pour les consommateurs, car il est élevé dans le fleuve du Mékong qui est extrêmement pollué.

 

Pour pallier à la pollution, les industriels déversent des quantités incroyables de médicaments, car les poissons ont tous des maladies (saignements au niveau du corps et des nageoires, maladies du foie). Pour les soigner, les éleveurs utilisent par dessus cela des doses dangereuses de médicaments et les antibiotiques de toutes sortes sont massivement utilisés.
Mais les antibiotiques renforcent les maladies qu’ils sont sensées combattre, donc ils doivent sans cesse augmenter les doses.

saumon malades

Le problème, c’est que le poisson libère les résidus d’antibiotiques (selles etc), résidus qui se retrouvent dans les canaux et autres piscicultures (et qui donc contaminent encore et encore les autres poissons).
A cela, se rajoutent les pesticides qui se concentrent dans la chair du poisson et dans les eaux du mékong.

 

 

 

 

 

panga assiette
Bien sûr, une fois dans l’assiette du consommateur, difficile de soupçonner toute l’horreur de la filière, et de voir à l’oeil nu tout ce que ce poisson contient comme produits toxiques, ayant été tellement traité et « travaillé » pour paraître comme un aliment « sain ».

 

 

 

Le saumon de NORVEGE.

saumon norvegeLe Saumon est la 2ème ressource du pays après le pétrole.
70% des saumons consommés en France proviennent de ces fermes immergées dans les fjords.
Dans le reportage, on apprend qu’aucun éleveur n’a accepté d’ouvrir ses portes.

 

 

 

 

 

ferme acquacole norvege

Envoyé Spécial rencontre donc un activiste Norvégien qui mène des recherches indépendantes sur la filière du Saumon et les conditions d’élevage. Il analyse le fond des fjords et nous avoue qu’il est totalement détruit, et qu’il est comme une usine à gaz. Ils envoient en permanence dans l’eau des pesticides utilisés pendant la 2ème guerre mondiale pour gazer.

 

 

 

 

 

 

 

En effet, le plus gros problème que rencontrent les éleveurs, sont les poux de mer sur leurs poissons. Cela oblige les éleveurs à utiliser des pesticides de plus en plus puissants. Mais le résultat est que les poissons, à cause de ces doses énormes de pesticides, subissent des mutations génétiques (ils ne peuvent plus fermer la bouche et sont complètement déformés).

 

Capture d’écran 2013-11-12 à 00.47.07

 

 Le problème c’est que les poissons mutants se reproduisent parfois avec des poissons sauvages… et donc ces gênes mutants se répandent même auprès des poissons sauvages (et contaminent des autres espèces, par exemple les oiseaux qui mangent les poissons).

 

Encore une fois, comme nous dit l’activiste dans le reportage, le consommateur n’y voit rien, une fois que l’on coupe la tête déformée du poisson et que l’on retire les filets, impossible d’imaginer le mutant hautement toxique que l’on est en train d’ingérer.

 Par ailleurs, chose qui n’a pas été dite dans le reportage mais que nous pouvons trouver dans le « Report on the Environmental Impact of farming of North Atlantic Salmon in Norway » (Rapport sur l’impact environnemental de l’élevage de Saumon d’Atlantique du Nord en Norvège) que j’ai lu, les saumons sont élevés dans des enclos si petits qu’ils se blessent sans cesse entre eux (en plus de contracter de nombreuses maladies comme nous l’avons vu). Par ailleurs, avant qu’ils soient tués, on les prive de nourriture pour qu’ils soient à jeun, ce qui leur cause d’énormes souffrances et provoquent des niveaux de stress très élevés au sein des enclos, et attaques entre eux. 10 à 20% des poissons meurent avant même d’avoir été tués. Certains sont gravement blessés (plus de nageoires, ce qui leur cause la même souffrance que pour un humain dont on aurait retiré les bras et les jambes).

 

saumon filets jolis

Encore une fois, une fois servi dans notre assiette ou présenté en supermarché, ce saumon paraît onctueux et tellement sain. N’oubliez jamais ce que vous venez de lire…

 

 

Plus les poissons sont gras, plus ils sont toxiques.

On nous a toujours répété que les poissons gras étaient « bons pour la santé ». C’est vrai dans l’absolu (pour les poissons sauvages de la nature qui n’ont jamais été au contact de l’homme ou de la pollution).
Un saumon sauvage contient environ 5 à 7% de gras – Alors qu’un saumon d’élevage, 15 à 34%.
Le problème, c’est que les produits chimiques se fixent dans le gras. Ce qui fait que le saumon d’élevage devient le produit le plus toxique au monde.
Un toxicologue a fait des analyses sur le saumon d’élevage et a comparé avec d’autres aliments courants (hamburger, pomme, etc…). Le résultat :  Le saumon d’élevage contient le plus de polluants au Monde (pesticides, PCB, métaux lourds etc…)
Il nous confie qu’il ne mangerait jamais lui-même ces poissons, et qu’il faut absolument éviter d’ingérer ces polluants.
Il a effectué  des tests sur rats de laboratoires. Manger du poisson d’élevage les a tous rendus obèses et diabétiques.

Ce qui nous fait nous pencher sur une nouvelle théorie : L’obésité serait la conséquence de tous ces polluants dans l’environnement.

 

Qu’en est-il de la nourriture donnée aux poissons ?

Le reportage nous révèle que ce qui intoxique le plus la chair des poissons sont les croquettes qui leurs dont données : elles regorgent elles aussi de polluants : dioxines, PCB… produits chimiques et sont plus dangereuses encore  que les pesticides et les antibiotiques.
De plus, ce qui n’a pas non plus été dit dans le reportage (peut être car il a été réalisé il y a plusieurs mois et que cette décision est passée en juin dernier (2013), les farines animales sont à nouveau autorisées pour nourrir les poissons d’élevage (volaille et porc), chose qui était interdite depuis 1997. Les poissons vont désormais donc manger de la viande, chose qui est complètement contraire à la Nature.
(Source ici)

 

Fabrication des croquettes pour Poissons d’élevage

Certains poissons gras élevés dans la mer Baltique (très polluée) sont devenus impropres à la consommation en raison de trop forte intoxication : donc ils terminent sur le marché des croquettes pour poisson pour nourrir d’autres poissons… L’intoxication continue donc, c’est un véritable cercle vicieux qui ne s’arrête jamais.
Dans la poudre utilisée pour faire les croquettes (poudre de protéines issues de la chair broyée d’autres poissons en général, ou sinon de farines animales), il est montré dans le reportage au sein d’une usine de production de croquettes, que de l’Ethoxyquin y est rajouté.
L’Ethoxyquin est un pesticide enregistré en 1965 par Monsanto (utilisé dans les farines de poisson pour garantir la qualité des matières grasses).
L’ethoxyquin est actuellement présent dans la chair des poissons d’élevage au dessus de la dose autorisée : 10 à 20 fois plus que la norme.
Les poissons sauvages n’en contiennent pas, mais tous les poissons issus de l’aquaculture sont contaminés par l’Ethoxyquin.
Il existe une norme pour les autres espèces, telles que les bœufs et poulets, kangourous, reptiles, mais rien pour les poissons.
Les effets de l’Ethoxyquin sur la santé humaine n’ont jamais été évalués par l’Efsa.

ethoxyquin

Mais une thèse d’une chercheuse indépendante a révélé les points suivants :
–       l’Ethoxyquin a le pouvoir de traverser la barrière Hémato-encéphalique du cerveau (crée pour protéger physiquement notre cerveau contre les substances toxiques). Aucune substance étrangère au corps humain n’est sensée pouvoir la traverser, donc il est très dangereux, et cette découverte devrait être, selon elle, publiée aussi vite que possible.
–       Effets cancérigènes
Malheureusement, cette chercheuse a subi des pressions, et tentatives de falsifications de ses résultats qui l’ont forcée à quitter son laboratoire, et dans l’espoir de retrouver un poste, elle a préféré ne pas publier ses recherches et se taire…
Nous apprenons ensuite également que la ministre Norvégienne de la pêche  est extrêmement corrompue et ne souhaite pas s’exprimer sur le sujet, étant elle-même et avec sa famille principale actionnaire d’une des principales saumoneries norvégiennes.

 

Que fait-on avec les restes des poissons ?

Les déchets de poisson sont recyclés pour les rillettes de poisson ou les plats préparés (prix attractif, moins de 15 cts le kilo). Les peaux de poissons sont également vendues, pour fabriquer des produits cosmétiques.

Avec tous les déchets, ils fabriquent une sorte de « pulpe » (tout est broyé), cette bouillie est ensuite lavée et utilisée pour les plats cuisinés et alimentation pour animaux de compagnie (chat et chien). Le prix de vente étant de 1€30 le kg.
brandade-de-morue-parmentiere-grand-jury-320-grs-plats-cuisinesPar ailleurs, rien n’oblige les industriels à indiquer sur leurs produits qu’ils contiennent cette fameuse « pulpe »… Par exemple, si sur votre « brandade de morue », il est indiqué simplement « morue » (sans qu’il soit marqué filet de poisson) cela veut dire que c’est de la pulpe.
1 étiquette de poisson sur 3 est mensongère (autres poissons moins chers à la place de ceux qui sont spécifiés).

 

 

 

 

Un nouveau discours sur le poisson – Nouvelles recommandations

 

Certains professionnels de la santé changent totalement de discours sur le poisson.
Parmi les multiples causes qui peuvent favoriser le cancer, le poisson est devenu une des causes importantes.

Depuis cet été, les autorités sanitaires ont changé leurs recommandations officielles : pas plus de 2 portions de poisson par semaine.

 

Pour les poissons gras, pas plus d’une fois par semaine.

Pour les catégories à risque (femmes enceintes, enfants, personnes âgées) : pas plus d’une fois tous les deux mois.

 

Conclusion / Conseils à respecter  :

– Eviter de manger les poissons gras
– Eviter de manger des gros poissons (qui sont en bout de chaine alimentaire donc plus contaminés)
– Se renseigner sur l’origine
– Si poissons d’élevage : ne pas consommer
– Pêche : se renseigner sur la zone de pêche (baltique : méfiance car trop polluée)
– Privilégiez toujours les poissons les plus locaux possible
– Privilégiez les poissons issus de l’Agriculture Biologique

 

Mais ce n’est pas fini ! Aux dernières nouvelles, les industriels viennent de créer un Saumon génétiquement modifié, 4 fois plus gros, qui grandi 11 fois plus, en lui rajoutant un gêne… et la FDA a rendu un avis positif pour le mettre sur le marché.

 

Jusqu’où l’humain ira-t-il pour le profit?

 

peche intensive

* Thons blancs

peche 2

 

La pêche intensive, un grand danger également pour la planète.

peche intensive

 

Pourquoi l’humain est-il obligé constamment d’abîmer et de détruire  ?

dauphins massacre

sharkfins

 

orques

 

poisson animal
Chaque vie doit être respectée. Un poisson est une vie, au même titre qu’un poulet, qu’une souris, qu’un chat, qu’un dauphin. Parfois, je me demande si tous ces scandales alimentaires ne sont pas un « coup de la nature » pour nous obliger à revoir notre façon de traiter les animaux.
Puisque de simplement demander le respect des autres espèces auprès des hommes n’est pas entendu, peut être que la seule façon de faire prendre conscience aux hommes qu’ils sont allés trop loin est d’avoir laissé l’homme contaminer toute sa propre chaîne alimentaire, de manière à tout revoir de zéro…
 
L’homme ne peut désormais plus consommer quasiment aucun animal sans s’intoxiquer lui-même.
Parfois, je me demande comment il sera possible de renverser la machine et de revenir au respect, mais j’y crois. En tout cas, j’ai compris une chose, cela commence par chacun de nous. Le consommateur a tout le pouvoir : sans aucun achat de sa part, cette industrie ne peut plus perdurer. Moi j’ai fais le choix de ne plus encourager toutes ces pratiques dénuées de sens, et dénuées de respect. Cette décision a changé ma Santé, ma Conscience et donc ma Vie.
L’homme doit protéger les animaux et défendre tout ce qui est plus vulnérable que lui, et non l’inverse.

angel ocean dolphins

signature

 

A lire également sur le sujet :

– Mon Bilan après 6 mois de Végétarisme

– La Nouvelle Pyramide Alimentaire (Végétalienne et Végétarienne)

– Droits des animaux et devoirs des hommes (article important du 4 nov 2013 sur Huffingpost.com)

 

Vidéos Youtube sur la pêche en français pour continuer à s’informer (parcourez les vidéos suggérées par Youtube aussi) :

 

Vous avez aimé cet article ? Alors « likez » ci-dessous et partagez !

Vous voulez être sûr(e)s de ne pas manquer les prochains articles? Alors inscrivez-vous à ma Newsletter en cliquant sur le bouton ci-dessous ! Ainsi, chaque mardi, vous recevrez un E-mail spécial de ma part avec les nouveaux articles de la semaine, promotions éventuelles dans la boutique, pour vous aider à avoir le corps et la vie qui VOUS correspond.

 

Si vous souhaitez être suivis et guidés dans votre démarche de perte de poids / acquisition d’une meilleure santé, contactez moi via le formulaire ci-dessous pour en savoir plus sur mes formules de coaching ! (Coaching également en ligne) et visitez ma boutique en ligne.

Pin It on Pinterest

Share This