En ces périodes de fêtes de fin d’année, nous pouvons nous sentir stressés, et surmenés émotionnellement en raison de différentes choses. La première, et la plus évidente, est que « fêtes de fin d’année » rime obligatoirement avec « famille », et ici, 2 cas de figures se présentent : ceux qui en ont une et ceux qui n’en ont pas, ou plus, là encore pour différentes autres raisons. Cela peut donc faire remonter en nous toutes sortes de sentiments, qui appuieront sur toutes sortes de blessures internes.

Les réunions de famille impliquent souvent une somme immense de non-dits, parfois de faux-semblants, d’adaptations, d’efforts pour certains. Des humains qui se réunissent mais qui ont tous avec eux leurs bagages du passé, leurs expériences, leurs croyances, leurs projections, et il est certain que quand il s’agit de notre propre famille, tout est toujours plus intense.

Lorsque nous avons entamé un processus d’éveil spirituel, et d’ascension spirituelle, il peut être extrêmement difficile de s’exposer aux « anciennes vibrations » que nous avons tout fait pour « fuir » / changer. Notre famille nous rappelle souvent notre « ancienne identité terrestre » et cela peut être un choc d’être exposé à nouveau à cette ancienne identité; car nous avons peut être évolué, mais ceux qui nous entourent n’ont peut être, eux, pas évolué de la même manière et peuvent projeter sur nous une image qui n’est plus d’actualité (si tant est qu’elle l’aie déjà été). Cela peut nous « tirer » vers des émotions et fréquences basses très facilement, la famille et nos proches étant des terrains très très sensibles (plus que quiconque). En effet, si nous pouvons nous vanter de savoir rester calmes en cas d’attaques de personnes « non proches », il est souvent extrêmement difficile de rester centrés lorsqu’il s’agit de notre famille.

Cela pour différentes raisons.

Notre famille terrestre est liée à nous par la génétique physique (l’ADN), mais aussi souvent sur d’autres plans (contrats d’âmes). Les configurations familiales que nous choisissons ne sont pas des hasards et tous ceux d’entre nous qui se sont incarnés pour aider dans cette phase d’ascension ont également des contrats pour aider à la réhabilitation de leurs ascendance génétique. Ainsi, il est fort probable que nous nous soyons incarnés dans une famille dysfonctionnelle ou avec différentes choses à travailler / guérir et que nous ayons également un rôle à jouer là dedans. Attention, cela ne veut absolument pas dire que nous devons “tout” accepter, car certains véhicules physiques, de par leur absence de travail spirituel et de maturité spirituelle, peuvent devenir des portails pour différentes entités, qui serviront alors pour nous provoquer, nous décentrer, et prendre notre énergie.

Etre incarné dans une famille dysfonctionnelle, (même si du point de vue terrestre, cela est vu comme un « fardeau ») du point de vue de l’âme, présente de nombreux avantages.

Le premier est de pouvoir côtoyer de près les dysfonctionnements de la civilisation humaine et de se rendre compte du niveau de distorsion / dommages présents ici bas. En effet, comment guérir une civilisation sans l’avoir expérimentée de l’intérieur, et comment guider et aider les autres, sans connaître ce qu’ils vivent ? Tous les êtres en mission de service à autrui aujourd’hui (que ce soit les Earthseeds ou Indigos / Starseeds), doivent connaître le niveau « d’endommagement » présent ici bas pour mieux en apporter les solutions. Nous apprenons tellement, du point de vue de l’âme encore une fois, en étant exposés à ces fréquences. Il est aisé de venir enseigner aux humains : « Aimez-vous les uns les autres », si nous ne sommes pas capables de le faire nous-mêmes. Ainsi, nombreux d’entre nous allons être confrontés à ces paradoxes où nous prônerons l’Amour mais où nous n’arriverons pas à le faire jaillir au sein de nos maisons… Mais que c’est difficile, me direz-vous, lorsque un tel nous a fait ça, et que un tel nous dit cela… Oui… c’est très difficile de pardonner, de ne rien prendre de manière personnelle, et d’avoir de la compassion pour ceux qui ne savent pas ce que nous savons. Très difficile. Mais c’est pourtant ce qu’il nous est demandé.

La plupart d’entre nous qui ont des missions humanitaires, ont d’abord dû voir la dysfonction au sein de leurs propres familles, ou de leur entourage proche pour avoir justement « envie » de faire quelque chose pour le monde. Ce n’est pas en étant exposés au confort que nous pouvons déclencher quoi que ce soit de révolutionnaire à l’intérieur de nous.

Comment aider la race humaine sans la connaître de l’intérieur, sans l’avoir observée de fond en comble ?

En s’étant incarnés avec un frère, une soeur, un parent, un oncle / tante, grand parent, dysfonctionnel, et en raison du temps que nous avons pu avoir exposés à eux, nous avons pu nous rendre compte du niveau de distorsion présent ici bas et de l’état de cette planète. Ces informations ont été collectées par nos consciences supérieures, et nos âmes ont prévu leurs missions et plans d’action respectifs afin de contribuer à réparer tout cela et à créer une timeline plus positive pour le futur.

Ces difficultés ont donné naissance en nous à cette VOLONTE et ENVIE de CHANGER les choses, de faire évoluer les consciences, et a donné naissance en nous aux capacités nécessaires de pouvoir le faire.

Nous n’obtenons jamais la force dans le confort, ni dans le coton…. nous obtenons la force dans l’adversité et dans la difficulté.

Ainsi, ce qu’il nous est demandé dans cette période délicate, c’est de ne surtout pas oublier la perspective de notre âme, afin de sortir de plus en plus de la perspective de notre moi terrestre blessé.

Cette sagesse, digne d’une véritable prouesse dans certains cas, nous permettra également de nous rendre compte que nous n’avons affaire qu’à des petits moi blessés tout comme nous, qui eux aussi ont souvent oublié qui ils étaient et ce qu’ils étaient venus faire ici.

Ainsi, il est de notre devoir de leur rappeler, non pas en cherchant à les convaincre de tout ce que nous savons, mais en ne contribuant pas, tout au moins, à nourrir ces fréquences basses, de deux humains qui se jugent sur la base de leurs identités terrestres blessées.

Car tout comportement arrogant est le signe d’une souffrance intérieure enfouie.

Tout comportement irrespectueux est le signe d’une incapacité à se respecter soi-même.

Tout comportement hypocrite est le signe d’un humain qui n’a jamais appris à dire sa vérité et qui ne la connait probablement même pas.

Notre humanité va très mal et est au bord d’une crise de nuit noire de l’âme collective.

Les fréquences augmentent en permanence, au fur et à mesure que le plan d’Ascension se déroule, que le « côté obscur » est exposé et que la divulgation cosmique prend du terrain.

La plupart des humains ne sont pas encore prêts à entendre ces vérités sur la réalité de ce qu’il se passe sur Terre.

Mais la conscience prend du terrain chaque jour et prendre l’habitude de se placer dans la perspective de notre âme nous permettra de nous sortir des états de stress que la suite va nous réserver, et en terme de relations avec les autres humains sur d’autres fréquences d’existence, et en terme d’avenir en fonction des choix collectifs des humains, car le futur n’est pas fixe, il bouge en permanence en fonction des choix de chacun.

Ainsi, ce qu’il nous est et sera demandé dans ces moments difficiles, ce sera la compassion.

La compassion plus que jamais.

Il n’y a que lorsque nous l’expérimentons véritablement dans toutes nos tripes que la compassion prend tout son sens et surtout, toute sa puissance.

La compassion peut être un bien joli mot, peut être même très abstrait, tant que nous ne l’avons pas véritablement expérimentée.

Ne nous fixons pas des objectifs trop utopiques à atteindre. La compassion 24h/24 n’est pas réaliste. Mais émettons tout du moins l’intention de tenter de l’être au maximum. Et voyons les résultats que cela provoquera dans notre réalité immédiate. Encore une fois, il faut l’expérimenter pour la comprendre…

Exemple : A un repas de famille, un proche nous envoie à la figure des remarques moqueuses en nous traitant de « conspirationniste » ou se moque de nous parce que nous ne souhaitons pas manger par exemple de foie gras, ne souhaitant pas cautionner de telles abominations et barbaries, qui montreraient notre consentement pour des pratiques inhumaines et non dignes d’une civilisation consciente.

Au lieu de réagir violemment et de perdre notre centre, en nous sentant vexés ou humiliés ou encore touchés par cette ignorance flagrante, en sentant la colère monter, apprenons la faculté d’exprimer notre vérité de manière non violente, tout en étant ferme. La colère monte souvent lorsque nous l’avons refoulée pendant trop longtemps, et peut être avons-nous pendant trop longtemps justement caché notre véritable identité, nos véritables valeurs, et une seule remarque peut être la goutte d’eau qui va faire déborder le vase et nous faire exploser en furie incontrôlable. Nous serons alors jugés toutes sortes de choses par ceux qui nous ont poussés à bout, (lunatique, n’incarne pas ce qu’il prône, etc…) ce qui en général nous mettra encore plus en colère, et ainsi de suite.

La solution est donc de ne pas céder à cette colère violente qui ne peut apporter rien de bon car nous disons toutes sortes de choses que nous ne pensons pas lorsque nous sommes en colère. La colère violente est en effet, comme une sorte de « possession passagère » et il faut y faire attention, car parfois elle peut faire des dégâts indélébiles dans le coeur de l’autre – le coeur étant toujours visé dans le but de détruire l’humain. N’oublions pas également que l’ignorance de ce qu’il se passe sur Terre et l’absence de travail spirituel ouvre les portes aux possessions d’entités (surtout allié à une mauvaise hygiène de vie, ou consommation de drogues ou tabac), et que ces véhicules encore une fois servent ensuite de portails pour nous décentrer et ainsi nous faire gaspiller de l’énergie, ce qui nous ralentit ensuite dans nos missions respectives et contribue à perpétuer les schémas destructeurs victimes / bourreau et la présence de chaos au sein des humains.

Ainsi, apprenons à voir avec compassion celui qui de part sa grande ignorance, se croit tout permis et surtout est le plus arrogant. En effet, seule l’ignorance permet l’arrogance. Le sage n’est jamais arrogant.

Mais la compassion ne doit pas vouloir dire se laisser faire. Et c’est là que c’est tout un travail que d’apprendre ce fameux juste milieu entre dire sa vérité, et le faire avec non violence.

Enfin, la compassion inclut également la compassion pour nous-mêmes et pour ce que nous avons à vivre de difficile. C’est important. 

Que ces fêtes de fin d’années soient un bel entraînement de cette maîtrise pour nous tous.

En espérant que ce message apaise des coeurs et prévienne des tempêtes…

Je vous dis à très bientôt pour la Newsletter et le nouveau podcast de décembre.

Laura Marie.


Note : Notre compassion doit s’étendre à tous les êtres vivants. Ainsi, être conscient de tout ce à quoi nous donnons notre consentement en consommant tel ou tel produit animal, permet d’acquérir de la maturité spirituelle et de la responsabilité personnelle, en tant qu’être vivant impactant le grand Tout.

Certaines traditions impliquent encore la torture d’animaux, en guise de célébrations ou de fêtes religieuses. Rappelons-nous que le fait de tuer ou de torturer n’est pas christique, et fait à l’inverse partie des rituels sataniques. Nul Dieu bon et aimant, ne souhaiterait voir la mise à mort d’un être innocent ou sa torture, pour le célébrer. Alors, voir la mise à mort et la torture de millions d’êtres innocents, de quel Dieu pourrait-il bien s’agir ?

L’humanité, a pendant trop longtemps été leurrée sur sa véritable nature et Histoire, et a aveuglément accepté des abominations, sous couvert de religion ou de tradition. Nous devons progressivement sortir de ces schémas destructeurs et inhumains. Pour cela, le changement doit passer par chacun d’entre nous, ce qui permettra par l’effet domino, de petit à petit modifier la conscience collective humaine.

Ainsi, il convient que chacun se pose les questions suivantes : Qu’est ce que j’encourage lorsque je cautionne la fabrication de foie gras ? Ai-je le courage de regarder en face comment cela est produit et puis-je dire honnêtement et sincèrement que je suis en accord avec cela ? Voir ici une explication sur la fabrication de foie gras.

A quoi est-ce que je consens lorsque j’accepte l’idée de célébrer la naissance du Christ avec le sacrifice d’un autre être conscient ? Le sacrifice d’un être vivant est-il christique ou satanique ? Comment puis-je me renseigner plus là-dessus afin de devenir un être réellement conscient de ce qu’il se passe sur sa planète et afin de me poser les questions importantes pour le futur, pour moi-même, pour mon entourage et pour l’humanité toute entière ?

L’objectif, si vous êtes déjà conscients de tout cela ce qui est probablement le cas, n’est pas de se culpabiliser si à notre repas de famille, nous ne pouvons faire autrement que de consommer certaines choses allant à l’encontre de nos valeurs. L’important ici est la Conscience derrière ce que nous faisons. De nombreux humains ne sont pas conscients de ce qu’ils mangent et de pourquoi ils le font. C’est cela que nous devons changer progressivement afin que chacun prenne la responsabilité des conséquences qu’ils créé, par ses actes, dans l’Univers (sujet de la prochaine Newsletter de décembre publiée la semaine prochaine).

*Osons tendre une main dans la noirceur, pour en tirer une autre vers la lumière.

Paix, Harmonie et Compassion dans nos coeurs,

Laura Marie.

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.